Accédez à des occasions de placement dans les titres à revenu fixe mondiaux grâce au FLGA

Enregistré 17 septembre 2019

Pour obtenir les rendements mensuels normalisés les plus récents, veuillez consulter la page du FNB d’obligations totales mondiales Franklin Liberty.

FLGA FNB DÉTAILS


Entretien avec John Beck, gestionnaire du portefeuille sur le FNB d’obligations totales mondiales Franklin Liberty (FLGA)

Que vise le FNB d’obligations totales mondiales Franklin Liberty (FLGA) ?

L’objectif principal du FLGA d’offrir une exposition aux obligations assortie d’une couverture de change aux investisseurs canadiens à l’extérieur du Canada. Ainsi, l’investisseur profite des meilleures occasions sur les marchés obligataires mondiaux que nous dénichons à l’extérieur du Canada. En outre, le fonds offre à l’investisseur une exposition aux devises dans des domaines où, selon nous, il est possible de dégager des rendements, tout en évitant les placements en devises lorsque nous estimons qu’il pourrait y avoir un risque du point de vue de l’investisseur canadien. En bref, en tant que gestionnaires de fonds, nous essayons réellement de combiner les meilleures occasions du point de vue de la diversification et de la devise.

Comment ce FNB s’intègre-t-il dans le portefeuille d’un investisseur ?

Ce FNB est principalement destiné aux investisseurs qui souhaitent améliorer leur portefeuille de deux manières. Premièrement, les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille en obtenant des placements à des obligations à l’extérieur du Canada. Surtout les investisseurs qui cherchent à diversifier, au moyen de titres à revenu fixe de base, cette partie de leur portefeuille, qui pourrait être concentrée dans des obligations nationales. Deuxièmement, le plus important peut-être, c’est pour les investisseurs qui cherchent à améliorer leur rendement. Même si les taux obligataires mondiaux sont inférieurs à ceux des 15 dernières années, le taux de rendement couvert du FLGA peut être supérieur aux taux de rendement locaux des obligations canadiennes. Grâce à ce FNB, nous pensons que l’accès à des rendements supplémentaires dans le cadre de la répartition plus large des titres à revenu fixe d’un portefeuille présente un réel avantage.

Pourquoi une approche active est-elle importante en ce qui concerne les obligations mondiales ?

Lorsque vous examinez les obligations européennes, vous avez des exemples, comme en Allemagne, où la courbe de rendement des obligations d’État allemandes est entièrement négative. Dans un tel environnement, vous voudrez un gestionnaire de portefeuille capable d’examiner les valeurs relatives d'autres occasions en Europe. Les investisseurs mondiaux voudront peut-être investir davantage en Espagne, en Italie ou en Irlande. En revanche, un pays comme le Japon a également affiché de faibles rendements pendant très longtemps, mais du point de vue historique, les marchés du yen japonais et des obligations japonaises ont eu tendance à bien se comporter lorsque leurs marchés se sont contractés. Cela montre vraiment pourquoi il est important d’avoir cet élément actif si un gestionnaire choisit ce qu’il considère comme les meilleures occasions au cours des trois à six prochains mois.

Comment gérez-vous les devises dans le fonds ?

Nous pensons que la devise représente une occasion d’améliorer les rendements dans le fonds, mais nous ne souhaitons pas que la devise influe sur le profil de risque du portefeuille. Nous sommes très rigoureux avec notre exposition aux devises et ne prendrons jamais plus ou moins de 10 % de répartition en dehors de la devise de référence. Les investisseurs doivent donc être confiants, sachant que 90 % du fonds sera au moins en dollars canadiens. Avec les 10 % restants, nous essayons d’établir une répartition des devises que nous estimons être soit sous-évaluées, soit offrir des rendements plus élevés.

Qu’est-ce qui a contribué au rendement du FNB cette année ?

Je pense que notre approche basée sur l’équipe a grandement contribué aux solides rendements du FLGA que nous avons observés cette année. Au sein de notre équipe et d’autres équipes de Franklin Templeton, nous avons bénéficié de beaucoup d’idées de placement. Par exemple, notre équipe des marchés émergents a partagé certaines idées sur les devises de certains pays à marchés émergents, ce qui nous a permis d’ajouter de la valeur au portefeuille. Nous avons également tiré parti de la gestion prudente des risques mise en place par Sonal Desai, directeur des placements de manière à pouvoir penser beaucoup à nos positions en matière de risque relatif au sein du fonds. Enfin, nos collègues d’Active Quant nous aident à déterminer les occasions qui ne sont peut-être pas évidentes du point de vue macro-économique, mais qui sont réellement attrayantes lorsque vous examinez la corrélation et la diversification dans une perspective plus large du fonds. Ce qui fait en sorte le FLGA se démarque, c’est la combinaison de ces différentes perspectives et domaines d’expertise.

Tout placement dans des FNB peut occasionner des commissions, frais de gestion ou dépenses. Les investisseurs devraient examiner attentivement les objectifs et les stratégies de placement, les risques, les frais et les charges d’un FNB avant d’y investir. Le prospectus et l’aperçu du FNB contiennent notamment ces renseignements. Veuillez lire le prospectus et l’aperçu du FNB attentivement avant d’investir. Les parts des FNB sont négociées comme des titres, leur valeur de marché fluctue et elles peuvent se négocier à des prix supérieurs ou inférieurs à leur valeur liquidative. Les commissions de courtage et les charges des FNB réduiront le rendement. Le rendement d’un FNB peut différer sensiblement de celui d’un indice en raison du coût des opérations, des charges et d’autres facteurs. Les taux de rendement indiqués sont des taux de rendement totaux composés annuels historiques. Ils tiennent compte des fluctuations de la valeur des actions ou des parts et du réinvestissement de tous les dividendes ou distributions, mais n’incluent pas les frais d’acquisition, de rachat et de distribution, ni les frais facultatifs ou l’impôt sur le revenu exigibles de tous les porteurs de titres, qui auraient pour effet de réduire le rendement. Les FNB ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n’est pas garant de leur rendement futur.

Les commentaires, opinions et analyses de John Beck sont fournis uniquement à titre indicatif et ne doivent pas être considérés comme des conseils de placement individuels ni comme une recommandation d’investir dans un titre ou d’adopter une stratégie de placement. En raison de l’évolution rapide du marché et de la conjoncture économique, les commentaires, les opinions et les analyses sont valables à la date de la présente publication et peuvent changer sans préavis. Le présent document ne constitue pas une analyse complète de tous les faits importants au sujet d’un pays, d’une région, d’un marché, d’un secteur, d’un placement ou d’une stratégie.

Tous les placements comportent des risques, dont une perte possible de capital. Les placements dans des titres étrangers comportent des risques particuliers, comme la volatilité des taux de change, l’instabilité économique ou les événements politiques. Les risques sont plus importants dans le cas des placements sur les marchés émergents, dont font partie les marchés frontaliers : ils sont liés non seulement aux mêmes facteurs, mais également aux faits d’une taille plus petite, d’une moindre liquidité et de l’absence de cadres juridique, politique, commercial et social à l’appui des marchés des valeurs mobilières. Dans le cas des marchés frontaliers, comme ces cadres sont généralement moins développés qu’ailleurs et que divers facteurs interviennent, comme un danger plus important de volatilité extrême des cours, d’illiquidité, d’entrave aux échanges et de contrôle des changes, les risques sont plus grands. Le cours des actions fluctue, parfois rapidement et spectaculairement, sous l’influence de facteurs touchant des sociétés et des industries ou secteurs en particulier, ou encore en raison de la conjoncture générale du marché.