Comprendre les placements basés sur les facteursAug 12, 2019

Understandings Factors header image

Plus d’un siècle d’évolution

Il est incroyable de voir à quand remontent les placements indiciels et à quel point ils ont évolué au cours du siècle dernier. L’indexation est apparue en 1896 lorsque Charles Dow, un éditeur au Wall Street Journal et cofondateur du Dow Jones and Company, a contribué à la création de l’indice pondéré en fonction du cours. Dans les années 70, on a eu un premier aperçu des placements indiciels, c’est-à-dire les stratégies fondées sur la pondération de la capitalisation boursière, lesquelles permettaient aux investisseurs d’obtenir une vaste exposition à de grands marchés partout dans le monde. Par la suite, en 2005, on a assisté au lancement de la première stratégie à bêta intelligent, laquelle utilisait une exposition à un facteur individuel, et, plus récemment, un large éventail de stratégies multifactorielles a été mis sur le marché.

Les placements basés sur les facteurs ont beaucoup fait jaser au cours des dernières années, mais lorsque je parle aux investisseurs, je me rends compte que plusieurs d’entre eux sont encore confus quant à la façon de les utiliser, ce qui est compréhensible compte tenu de la multitude de stratégies parmi lesquelles on doit choisir aujourd’hui. On me pose souvent les trois questions suivantes : quel(s) facteur(s) est-ce que je devrais choisir; les approches basées sur les facteurs ont-elles généré de meilleurs résultats à long terme; et peuvent-elles être intégrées facilement dans mon portefeuille actuel?

Comprendre les facteurs

Les facteurs n’ont rien de nouveau. Ils ont fait l’objet de plusieurs travaux universitaires de recherche et mis en œuvre au moyen de stratégies actives au cours des dernières décennies. Ce dont nous sommes témoins aujourd’hui, avec l’avènement des FNB à bêta intelligent, est la création de réelles stratégies basées sur des règles, lesquelles mettent l’accent sur un facteur individuel ou un regroupement de plusieurs facteurs individuels. Comme les gestionnaires actifs n’ont plus à prendre de décisions au quotidien, les coûts ont considérablement diminué, et la croissance de l’actif sous gestion des stratégies factorielles liées à un indice, laquelle est normalement exprimée dans un FNB, a été assez impressionnante.

Afin de comprendre les facteurs, on peut les comparer à des marqueurs d’ADN qui expliquent les caractéristiques principales du comportement d’un titre au fil du temps. Voici les six facteurs dont les universitaires parlent le plus souvent puisque, historiquement, ce sont ceux qui ont offert les meilleurs résultats aux investisseurs à long terme :

  • Qualité - Sociétés présentant une bonne rentabilité, une bonne croissance des bénéfices et un faible ratio d’endettement .
  • Valeur - Sociétés sous-évaluées ayant une faible valorisation.
  • Momentum - Sociétés dont le cours de l’action s’est fortement apprécié depuis peu.
  • Faible volatilité - Sociétés présentant une volatilité ou un risque plus faible que le marché.
  • Dividende - Sociétés qui versent des dividendes par action plus élevés que la moyenne sur le marché.
  • Taille - Sociétés présentant une faible capitalisation boursière par rapport au marché en général.

Générer un résultat souhaité

Alors, comment ces différents facteurs fonctionnent-ils ensemble dans les portefeuilles de vos clients? La stratégie la plus élémentaire est une stratégie de rotation des facteurs, laquelle met l’accent sur un facteur individuel. Dans le cadre de cette stratégie, vous surpondérez ou sous-pondérez le facteur en fonction du cycle économique actuel, mais il y a lieu de souligner que cela peut nécessiter beaucoup de travail et engendrer des frais de négociation plus élevés et, potentiellement, une plus grande marge d’erreur. Plus important encore, lorsque vous tentez de sélectionner les bons facteurs au bon moment, vous augmentez votre risque relatif à l’anticipation du mouvement des marchés.

Une stratégie multifactorielle donne aux investisseurs un accès aux instruments de placement qui peuvent rendre le rendement plus régulier tout en générant le rendement souhaité par rapport à une stratégie de rotation de facteurs individuels. Bien entendu, le choix de la bonne stratégie multifactorielle est également un facteur important à considérer.

Notre approche multifactorielle

Chez Franklin Templeton, nos FNB à bêta intelligent sont basés sur une approche multifactorielle dans le cadre de laquelle nous créons un indice exclusif à pondération personnalisée. Par exemple, avec le FLEM, notre FINB de marchés émergents Franklin LibertyQT, nous misons sur le facteur Qualité à 50 %, sur le facteur Valeur à 30 %, sur le facteur Momentum à 10 %, puis sur le facteur Faible volatilité à 10 %, comme indiqué ci-dessous.

Understanding Factors chart

Je crois que notre approche multifactorielle tend à privilégier réellement les facteurs auxquels les investisseurs cherchent à être exposés. L’approche élimine le risque de duplication, là où des positions en actions pourraient se retrouver dans le portefeuille en double en raison de l’exposition à différents facteurs combinés. Il est également important de prendre en considération le mode de pondération. Vous pouvez choisir une pondération égale ou une pondération personnalisée pour les titres prometteurs. Avec cette approche, il est important de bien examiner chaque placement pour voir quelle méthodologie correspond le mieux à votre philosophie de placement.

Construire un meilleur portefeuille

Quels sont les avantages d’une stratégie multifactorielle et comment pourrait-elle être intégrée à un portefeuille existant? Laissez-moi vous présenter une étude de cas. J’ai récemment eu affaire avec une cliente prudente qui pensait ajouter une faible exposition aux marchés émergents à son portefeuille. Selon son budget de risque, elle espérait conserver un risque de baisse similaire à celui de son portefeuille actuel, lequel n’était pas exposé aux marchés émergents. Nous avons regardé la possibilité d’ajouter une pondération de 5 % aux marchés émergents dans le cadre d’une stratégie multifactorielle relative aux ME ainsi que dans le cadre d’un mandat passif. L’ajout du FLEM, une stratégie multifactorielle très prometteuse, contribuait à stabiliser le rendement en présentant une baisse maximale plus faible et un meilleur scénario du pire mois qu’une exposition passive aux marchés émergents dans le portefeuille. Même par rapport au portefeuille original, l’exposition à bêta intelligent aux marchés émergents offrait un rendement plus stable.

Understanding Factors chart

Il s’agit seulement d’un exemple, mais il existe plusieurs façons d’intégrer une approche multifactorielle à votre portefeuille. N’hésitez pas à communiquer avec moi si vous souhaitez en apprendre plus au sujet des avantages de notre stratégie multifactorielle unique utilisée dans notre gamme de FNB à bêta intelligent.