Contexte favorable au rendement des actifsJan 6, 2019

Prévisions à l’égard des marchés financiers en 2019 :

Contexte favorable au rendement des actifs

Résumé

Nous sommes d’avis que les actions mondiales ont un potentiel de rendement plus élevé que les obligations mondiales, en raison de la croissance mondiale continue. Tant dans les obligations que dans les actions, nous continuons de prévoir un potentiel de rendement plus élevé pour les marchés émergents sur un horizon de placement de sept ans. Nous observons la diminution du potentiel de rendement des obligations d’État, en raison des taux d’intérêt à court terme et des primes de terme sur les obligations d’État qui demeurent inférieures à la moyenne historique.

Nos convictions les plus fortes :

  • L'inflation modérée contribue à favoriser la croissance mondiale
  • Les actions mondiales affichent des rendements supérieurs à ceux des obligations mondiales
  • Les marchés émergents affichent des rendements supérieurs à ceux des marchés développés

 

2019 Capital Market Expectations

FRANKLIN TEMPLETON THINKSTM PRÉVISIONS À L’ÉGARD DES MARCHÉS FINANCIERS

 

Concernant les prévisions à l’égard des marchés financiers

Chaque année, nous examinons les données qui orientent les marchés financiers : mesures de valorisation actuelles, primes de risque historiques, croissance économique et perspectives d’inflation, afin d’affiner nos prévisions. Nous mettons à jour les modèles que nous utilisons et les examinons afin de s’assurer qu’ils sont toujours appropriés. De manière cruciale, nos modèles reposent sur des relations économiques de premier principe et reflètent l’expérience dans le jugement des professionnels.

Cette année, nous avons inclus dans chaque prévision de marché des capitaux, une évaluation sur la volatilité attendue de cette catégorie d’actifs, axée sur l’écart type des rendements et des corrélations observé à long terme. Les politiques d’assouplissement quantitatif adoptées par les banques centrales mondiales ont peut-être freiné la volatilité des marchés des actions et des obligations au cours des dernières années. Notre approche concernant la modélisation de la volatilité prévient la tendance de mise à jour de nouvelles approches et est particulièrement appropriée à un moment où les principales banques centrales mettent fin ou annulent leurs programmes d’achat d’actifs.

Nos prévisions relatives aux marchés financiers sont conçues pour fournir des prévisions de rendement annualisées à plus long terme, généralement considérées comme allant de cinq à dix ans. Plus précisément, nous calculons les prévisions de rendement moyen géométrique sur une période de sept ans, ce qui correspond approximativement à la durée moyenne d’un cycle économique américain.1 Cette durée est particulièrement appropriée lorsque nous nous dirigeons vers la dernière partie d’un cycle inhabituel d’une longue expansion économique aux États-Unis.

Notre approche de modélisation repose sur une combinaison d’entrées objectives, d’analyse quantitative et de recherche fondamentale. Nous l’appelons « approche quantamentale. » Ces données sont étayées par des hypothèses sur les taux de croissance soutenus que les économies développées et émergentes peuvent espérer atteindre et sur le niveau de la hausse des prix qu’elles subiront probablement. Cette approche est prospective, plutôt que basée sur les rendements moyens historiques. Ceci est particulièrement important dans un environnement macro-économique en évolution.

 

1.Depuis 1945, le National Bureau of Economic Research a défini 11 cycles économiques aux États-Unis d’une durée moyenne de 69,5 mois.

 

Nos prévisions à l’égard des marchés financiers

Selon nos prévisions pour le marché des capitaux en 2019, les rendements attendus des actions mondiales seront plus intéressants que ceux des obligations gouvernementales mondiales.

Nos prévisions concernant le rendement moyen géométrique sur sept ans pour les actions mondiales sont assez proches du rendement historique. Dans l’ensemble, nous prévoyons un rendement annualisé de 6,3 % pour les actions mondiales sur une période de sept ans, les marchés développés enregistrant un rendement de 6,0 % et les marchés émergents, celui de 7,2 %.

En comparaison, nous prévoyons que les obligations gouvernementales mondiales ne rapporteront que 1,3 %.

PRÉVISIONS RELATIVES AUX ACTIONS
Prévisions relatives au rendement annualisé sur sept ans
Données au 30 septembre 2018

Nom de la catégorie d’actif
Rendement
prévu
(géométrique)
Risque
attendu
(Std. Type)
Rendements
annualisés des
20 dernières
années
ACTIONS MONDIALES 6,3 % 13,7 % 6,5 %
Actions sur les marchés développés 6,0 % 13,6 % 6,4 %
Grandes cap. américaines 5,7 % 15,0 % 7,4 %
Canada (IMI) 5,7 % 16,0 % 7,5 %
Europe, hors R.-U. (IMI) 5,4 % 15,5 % 5,8 %
R.-U. (IMI) 5,5 % 18,9 % 5,7 %
Japon (IMI) 5,2 % 18,3 % 2,9 %
Pacifique hors Japon (IMI) 6,2 % 21,9 % 7,5 %
Australie (IMI) 6,7 % 18,6 % 9,5 %
Petites cap. américaines 6,3 % 19,2 % 8,2 %
       
Actions sur les marchés développés 7,2 % 22,1 % 9,4 %
EM EMEA 5,8 % 21,8 % 8,3 %
ME Amérique latine 8,4 % 25,7 % 11,2 %
ME Asie 7,6 % 19,4 % 4,9 %
Chine 4,9 % 28,9 % 7,5 %
       
Actions spécialisées
Titres mondiaux cotés en bourse 5,8 % 14,8 % 2,5 %
FPI mondiaux 3,7 % 19,4 % 8,6 %

PRÉVISIONS RELATIVES AUX TITRES À REVENU FIXE
Prévisions relatives au rendement annualisé sur sept ans
Données au 30 septembre 2018

Nom de la catégorie d’actif
Rendement
prévu
(géométrique)
Risque
attendu
(Std. Type)
Rendements
annualisés des
20 dernières
années
GOUVERNEMENTS MONDIAUX
Gouvernements des marchés développés 1,3 % 3,6 % 3,9 %
Gouvernement américain 2,8 % 4,8 % 4,3 %
Gouvernement canadien 2,0 % 5,3 % 4,7 %
Europe, hors R.-U. (IMI) 0,9 % 4,1 % 4,3 %
Gouvernement du Royaume-Uni 1,4 % 6,5 % 5,8 %
Gouvernement japonais -0,1 % 3,6 % 2,0 %
Gouvernement australien 2,1 % 5,2 % 5,7 %
       
Gouvernements des marchés émergents
Marchés émergents Dette publique (colossale) 5,2 % 13,1 % 8,0 %
Marchés émergents Dette publique (locale) 6,4 % 4,7 % 8,2 %
       
Créances tritisées américaines 2,7 % 3,0 % 4,6 %
TACH É.-U. 2,7 % 6,2 % 4,6 %
       
OBLIGATIONS MONDIALES AVEC RISQUE DE CRÉDIT
Placements internationaux Crédit de première qualité+ 3,4 % 6,6 % 5,1 %
USD 3,8 % 6,9 % 5,4 %
GBP 3,2 % 6,2 % 5,5 %
JPY 0,5 % 1,2 % 1,0 %
EUR 2,5 % 3,7 % 4,5 %
CAD 3,2 % 3,0 % 5,2 %
AUD 3,5 % 2,1 % 6,3 %
       
Obligations mondiales de sociétés à rendement élevé 4,0 % 8,7 % 6,3 %
É.-U. 4,3 % 8,4 % 6,6 %
EUR à l'échelle européenne 2,7 % 11,7 % 5,8 %
GBP à l'échelle européenne 4,3 % 10,6 % 10,5 %
       
Marchés émergents Sociétés réelles 3,5 % 12,4 % 6,3 %
       
Prêts bancaires américains 4,6 % 7,2 % 4,8 %

AUTRES PRÉVISIONS
Prévisions relatives au rendement annualisé sur sept ans
Données au 30 septembre 2018

Nom de la catégorie d’actif
Rendement
prévu
(géométrique)
Risque
attendu
(Std. Type)
Rendements
annualisés des
20 dernières
années
PRODUITS DE BASE
Produits de base 2,5 % 16,9 % 0,6 %
Pétrole 2,4 % 28,9 % 4,9 %
Métaux précieux 7,1 % 21,4 % 6,0 %
Agriculture 4,7 % 19,9 % -3,4 %
       
PLACEMENTS NON TRADITIONNELS
Fonds de couverture 6,3 % 9,1 % 6,4 %
Placements privés américains 7,0 % 19,2 % 12,9 %
Titres du secteur privé immobilier américain 6,2 % 19,4 % 9,1 %
Titres du secteur privé américain des infrastructures 7,4 % 14,8 % 8,2 %
       
OBLIGATIONS INDEXÉES 1,8 % 7,5 % 5,7 %
TIPS des É.-U. 2,9 % 5,8 % 5,3 %
Canada (ORR) 2,3 % 7,7 % 6,7 %
Zone euro 1,4 % 4,1 % 3,1 %
Valeurs de premier ordre indexées du R.-U. 0,5 % 7,7 % 7,2 %
Japon 0,6 % 5,1 % 1,6 %
Australie 2,5 % 5,3 % 6,6 %

AUTRES PRÉVISIONS
Prévisions relatives au rendement annualisé sur sept ans
Données au 30 septembre 2018

CME
Opérations au comptant au 28 septembre 2018
TAUX DE CHANGE
USDCAD 1,26 1,29
EURUSD 1,11 1,16
GBPUSD 1,31 1,30
USDJPY 113,98 113,70
AUDUSD 0,72 0,72

 

CME
Taux directeur au 28 septembre 2018
LIQUIDITÉS
Taux de liquidités
à court terme (3 mois)
Espèces en USD 2,4 % 2,25
Espèces en CAD 2,5 % 1,50
Espèces en EUR 1,4 % 0,00
Espèces en GBP 2,0 % 0,75
Espèces en JPY 0,5 % -0,10
Espèces en AUD 2,7 % 1,50
Source : Solutions multiactifs Franklin Templeton


 

Nos convictions les plus favorables

L'inflation modérée contribue à soutenir la croissance mondiale à long terme

Nous prévoyons une croissance mondiale continue et une inflation modérée à long terme, mais anticipons un changement de régime de volatilité à court terme. Malgré quelques déséquilibres et les signes d’un environnement cyclique favorable, il en résultera probablement des fluctuations moins fortes dans la production. Nous prévoyons un cycle de resserrement progressif et mesuré des taux d’intérêt et un contexte d’inflation modérée au cours des sept prochaines années. Par conséquent, nous prévoyons que le produit intérieur brut (PIB) mondial augmentera au rythme de 3,0 % par an, et que sa croissance sera plus lente, soit 1,9 %. L’inflation dans les principales économies développées et émergentes devrait rester modérée, à un taux de 1,9 % et 4,2 % respectivement (voir Tableau A).

INFLATION MODÉRÉE AVEC UNE CROISSANCE MONDIALE STABLE
Figure A : Tableau des hypothèses économiques pour une période de sept ans
Données au 30 septembre 2018

Exhibit A: MODERATE INFLATION WITH STEADY GLOBAL GROWTH
Source : Solutions multiactifs Franklin Templeton

L’importance des marchés émergents devrait continuer à augmenter, en termes de part du produit intérieur brut (PIB) et de contribution à la croissance (voir Tableau B).

AUGMENTATION DE L'IMPORTANCE DE LA CROISSANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS
Figure B : Part du PIB total : Marchés émergents et développés par rapport à ceux du reste du monde
Au 30 septembre 2018

Exhibit B: INCREASING IMPORTANCE OF EMERGING MARKET GROWTH
Source : Calculs effectués par le groupe Franklin Templeton Capital Market Insights en utilisant des données tirées de Fonds monétaire international, Perspectives économiques mondiales.

 

Les actions mondiales ont affiché un rendement supérieur à celui des obligations mondiales

Le contexte économique que nous décrivons ci-dessus favorise les rendements des actifs en général. Nous sommes d’avis que les actions mondiales ont un potentiel de rendement plus élevé que les obligations mondiales dans un contexte d’expansion mondiale continue et de politique budgétaire stimulante, ce qui permet de générer la prime de risque sur les actions.

Les marchés boursiers ont progressé de façon marquée au cours des dernières années et les valorisations des marchés développés, selon les ratios cours/bénéfice, ne sont pas bon marché par rapport à leurs moyennes historiques. Dans un contexte d’inflation modérée et de taux d’intérêt réels équilibrés, nous sommes d’avis que les actions peuvent continuer à se négocier en fonction de multiples nettement plus élevés par rapport aux années 1970 et 1980. La comparaison avec l’ère des sociétés point-com (fin des années 90) montre que les valorisations ne sont pas aussi exagérées que celles du début du millénaire (voir Tableau C).

LES VALORISATIONS BOURSIÈRES À LONG TERME SONT INFÉRIEURES AUX MOYENNES HISTORIQUES
Figure C : Indice MSCI Monde tous pays Ratio cours/bénéfice
Au 30 septembre 2018

Exhibit C: LONG TERM EQUITY VALUATIONS ARE BELOW HISTORICAL AVERAGES
Source: Calculs effectués par le groupe Franklin Templeton Capital Market Insights en utilisant des données tirées de Fonds monétaire international, Perspectives économiques mondiales.
L’indice MSCI Monde tous pays est un indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière qui vise à fournir une évaluation générale du rendement des marchés boursiers dans le monde entier. L’indice MSCI Monde tous pays est gérée par Morgan Stanley Capital International (MSCI) et comprend des actions de marchés développés et émergents.

 

À notre avis, c’est la croissance des bénéfices qui soutient les perspectives à l’égard des actions. La politique monétaire reste stimulante dans le monde et l’équilibre relatif du pouvoir subsiste toutefois au niveau des entreprises. Le revers de la croissance des salaires modeste, et la faiblesse du pouvoir de négociation de la main-d’œuvre ont toujours été avantageux pour la part des bénéfices du PIB, ce qui contribue à favoriser le potentiel de rendement des actions. Cela renforce également l’importance de surveiller de près les tendances futures des salaires, ce qui pourrait exercer une pression à la baisse sur les marges bénéficiaires record si la croissance des salaires devait s’accélérer.

Les obligations mondiales – en particulier les titres de crédit de grande qualité et à longue duration – semblent vulnérables en raison des taux de rendement actuels peu élevés et du désir des banques centrales des marchés développés de mettre fin aux politiques non traditionnelles et de normaliser les taux d’intérêt.

Les primes de terme des rendements des obligations d’État des marchés développés ont diminué par rapport aux moyennes des 50 dernières années. La prime de terme est une évaluation du rendement supplémen-taire demandé par les propriétaires d’obligations, en sus du niveau moyen anticipé des taux d’intérêt à court terme pour la durée de l’obligation, afin de compenser les investissements à plus long terme (voir Tableau D). Cette prime reflète des facteurs d’offre et de demande, y compris les politiques d’assouplissement quantitatif des banques centrales (qui ont commencé à s’inverser), mais aussi le comportement en matière de placement d’une population vieillissante qui perdurera. Cela reflète probablement aussi la nouvelle réglementation des institutions financières, qui a stimulé la demande d’actifs considérés comme sûrs (Bâle II). Cela pourrait avoir pour conséquence de maintenir les rendements obligataires à un niveau plus bas que nos résultats passés, même à la fin de ce cycle.

PRIME DE TERME OBLIGATAIRE DÉPRÉCIÉE PAR RAPPORT À LA FOURCHETTE HISTORIQUE
Figure D : Prime de terme d’une obligation à coupons zéro de 10 ans
Au 30 septembre 2018

Exhibit D: BOND TERM PREMIA DEPRESSED IN RELATION TO HISTORICAL RANGE
Source : Calculs effectués par le groupe Franklin Templeton Capital Market Insights en utilisant des données tirées de Fonds monétaire international, Perspectives économiques mondiales.

 

La faible croissance de la productivité a pesé négativement sur la demande globale, malgré l’amélioration des marchés du travail. La perspective d’une inflation modérée persistante pourrait potentiellement maintenir les rendements des obligations d’État mondiales à des niveaux inférieurs à ceux observés au cours des 30 dernières années (voir Tableau E). Cependant, le niveau actuel des taux de rendement nominaux offre une marge de manœuvre limitée pour des hausses de taux d’intérêt, même modestes. En outre, compte tenu de la très grande ampleur et de la nature non conventionnelle de la politique monétaire mondiale pendant et après la crise financière de 2008-2009, il est extrêmement difficile de prévoir les conséquences de ces revirements sur les marchés financiers. Au cours des sept prochaines années, le potentiel de rendement des obligations d’État de marchés développés sera probablement moins favorable que celui des actions, dans le cas du niveau bas actuel des rendements.

LES TAUX NOMINAUX OFFRENT UNE PROTECTION LIMITÉE EN CE MOMENT
Figure E : Indice ICE BofAML de rendement à l’échéance de l’indice des obligations du gouvernement irlandais
Au 30 septembre 2018

Exhibit E: CURRENT LEVEL OF NOMINAL YIELDS PROVIDES LIMITED CUSHION
Source : Calculs effectués par le groupe Franklin Templeton Capital Market Insights en utilisant des données tirées de Fonds monétaire international, Perspectives économiques mondiales. Vous trouverez au www.franklintempletondatasources.com d’importants avis et renseignements sur les fournisseurs de données.

 

Les marchés émergents affichent un rendement supérieur à celui des marchés développés

Tant en matière d’actions que d’obligations, nous sommes d’avis que le potentiel de rendement des marchés émergents surpassera celui des marchés développés (voir Tableau F).

PRÉVISIONS DU RENDEMENT SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS ET LES MARCHÉS DÉVELOPPÉS (ACTIONS ET OBLIGATIONS)
Figure F : Rendements annualisés prévus (7 ans plus tôt)
Au 30 septembre 2018

Exhibit F: EXPECTED RETURNS OF EMERGING MARKETS AND DEVELOPED MARKETS 
(EQUITY & BOND)
Source : Solutions multiactifs Franklin Templeton

 

Tel que mentionné précédemment dans le présent document, les économies émergentes ont démontré un potentiel de croissance beaucoup plus élevé, particulièrement en Chine et en Inde. Alors que ces pays occupent une place de plus en plus importante dans l’économie mondiale et contribuent encore davantage à la croissance mondiale, nous pensons que le vent arrière structurel persistera vraisemblablement au cours des sept prochaines années. Dans un monde où le potentiel de rendement des actions est principalement stimulé par la croissance des bénéfices, les actions des marchés émergents devraient afficher de meilleurs résultats.

L'INFLATION DANS LES ÉCONOMIES DE MARCHÉS ÉMERGENTES EST GÉNÉRALEMENT SOUS CONTRÔLE
Figure G : Pourcentage des changements de l'IPC sur les marchés émergents
Au 30 septembre 2018

Exhibit G: INFLATION IN EMERGING-MARKET ECONOMIES IS GENERALLY UNDER CONTROL
Source : Calculs effectués par le groupe Franklin Templeton Capital Market Insights en utilisant des données tirées de Fonds monétaire international, Perspectives économiques mondiales

 

Les banques centrales des marchés émergents semblent avoir plus de flexibilité en matière de politique monétaire, malgré les tensions observées en 2018 dans certains cas importants mais idiosyncratiques. La politique monétaire rigoureuse et l’indépendance de la banque centrale semblent avoir entraîné l’inflation à la baisse et favorisé l’orientation vers des taux de change déterminés par le marché et des marchés des capitaux nationaux plus développés (voir Tableau G). Ces tendances feront probablement en sorte que les obligations et les devises des marchés émergents tirent profit des flux d’actifs des investissements des marchés développés à long terme.

Les monnaies des marchés émergents ne semblent pas être surévaluées par rapport à la plupart des monnaies des marchés développés pour le moment. D'ailleurs, à plus long terme, nous prévoyons que l’effet Balassa-Samuelson qui conditionne l'augmentation de la productivité en raison de l'appréciation du taux de change réel devrait se traduire également par une appréciation généralisée des monnaies des marchés émergents. Ces tendances soutiennent le potentiel de rendement des positions non couvertes tant en actions qu’en obligations dans les marchés émergents.

Les rendements obligataires des marchés émergents sont plus proches des moyennes historiques que les rendements médiocres des marchés développés. De même, les valorisations des actions des marchés émergents restent attrayantes pour toute une série de mesures.

À plus long terme, nous pensons que les économies émergentes semblent mieux outillées pour résister à deux dynamiques mondiales clés : le cycle des produits de base et le cycle de resserrement de la Fed. Dans le passé, la dépendance excessive à l’égard du financement en dollars américains a rendu les économies émergentes vulnérables à la hausse des taux et à la vigueur du dollar. Ce facteur a été utilisé pour expliquer la faiblesse des derniers mois, mais nous pensons que les marchés émergents feront preuve de résistance face à cela et à la volatilité inévitable que les prix des produits de base afficheront à long terme.



Au sujet de Solutions multiactifs Franklin Templeton
À Solutions multiactifs Franklin Templeton, nous donnons une réalité concrète à la grande variété d’objectifs d’investisseurs en portefeuilles reposant sur les meilleures idées de Franklin Templeton dans le monde. Nous offrons nos services à un grand nombre de clients institutionnels, allant des fonds souverains aux régimes de retraite publics et privés en plus des particuliers multi-actifs du monde entier.

Notre approche est caractérisée par un forum central — le comité de la stratégie d’investissement et de la recherche en investissement — qui génère une vision descendante des catégories d’actifs et des régions, relie et synthétise les aperçus sectoriels et régionaux ascendants des équipes d’investissement mondiales de Franklin Templeton.

Au sein de notre équipe, notre groupe d’analystes quantitatifs hautement spécialisés — Franklin SystematicTM — se consacre à la recherche de nouvelles sources de rendement, à la diversification stratégique et à la gestion calibrée de la volatilité, ce qui nous permet de faire preuve d’innovation au plus haut niveau dans nos solutions de portefeuille clients. En plus de la recherche quantitative sous-tendant ce document, l’équipe se concentre sur les stratégies de volatilité, les stratégies de bêta intelligent et les stratégies de primes de risque.