Fonds communs de placement ou FNB? Nov 16, 2018

Composantes de base d’un portefeuille : Fonds communs de placement ou FNB?

Lorsque je traverse le pays pour rencontrer des conseillers, je suis souvent entraîné dans un débat quant à savoir si les fonds communs de placement ou les FNB constituent les meilleurs produits. À mon avis, tant les fonds communs de placement que les FNB ont un rôle important à jouer dans un portefeuille diversifié — tout se résume à la différence structurelle entre ces deux instruments de placement. Chaque type de placement peut mieux vous convenir, selon la manière dont vous gérez votre pratique.

Récemment, j’ai rencontré un gestionnaire de portefeuille qui construit depuis des décennies le portefeuille de ses clients à partir de titres individuels et de fonds communs de placement, et qui ne voit pas d’avantage à y ajouter des FNB. Il m’a dit qu’il était déçu de la manière dont le secteur évoluait. Il s’est plaint du trop grand nombre d’options de produits, de mandats de placements et de sujets d’inquiétude. D’après lui, les fonds communs de placement étaient plus faciles à utiliser parce qu’il n’avait pas à se soucier de l’écart acheteur-vendeur, de la liquidité, ni de l’exécution d’opérations à fort volume.

Nous avons eu une très bonne conversation, et ses objections étaient toutes pertinentes. Je lui ai expliqué que certaines de ses préoccupations à l’égard des FNB découlent d’une méconnaissance répandue des FNB et combien il est facile de se laisser emporter par la vague de fausses conceptions. J’ai souhaité retirer ce voile de mythes et de fausses croyances en lui montrant certains des avantages uniques offerts par les FNB.

Les avantages de l’établissement des prix en temps réel

Certains conseillers s’inquiètent du décalage entre le prix du marché et la valeur liquidative sous-jacente. Toutefois, il est important de reconnaître que les FNB sont comme des fonds communs de placement à capital variable qui se négocient en bourse. L’avantage du FNB : vous pouvez le négocier en bourse à son prix actuel, en temps réel, sur le marché. Par exemple, si vous êtes un gestionnaire de portefeuille discrétionnaire à la recherche de volume au moyen de la négociation en lot, la capacité de gérer vos points d’achat et de vente au cours de la journée fait des FNB un choix attrayant pour votre entreprise. Toutefois, si vous êtes davantage à l’aise d’exécuter des négociations à la valeur liquidative, un mandat de fonds commun de placement peut vous être plus avantageux.

L’avantage offert par les teneurs de marché

Certains conseillers évitent également les FNB parce qu’ils craignent que ces derniers deviennent illiquides, mais ils ont tendance à oublier que les FNB comptent en fait deux niveaux de liquidité. Le marché primaire — où les actions comprises dans les FNB sont négociées — constitue la source principale de liquidité des FNB. Le marché secondaire — où les FNB eux-mêmes sont négociés — constitue une deuxième couche de liquidité. Le marché secondaire est mû à la fois par les particuliers et les investisseurs institutionnels, qui sont en mesure de faire créer et racheter des actions pour répondre à la demande. Les conseillers ne devraient pas s’inquiéter d’un manque de liquidité puisque les teneurs de marché sont là pour s’assurer que la liquidité suffit à répondre aux pressions d’achat et de vente sur le marché.

L’avantage de la transparence des opérations

Le conseiller auquel je parlais m’a également fait part de ses préoccupations quant à l’exécution de gros volumes d’opérations sur un FNB faisant habituellement l’objet de volumes peu élevés. Je lui ai répondu en lui demandant s’il connaissait les écarts ou les volumes actuels des fonds communs de placement qu’il utilise. Bien entendu, il les ignorait. Je lui ai dit qu’au moment de l’exécution d’un ordre d’achat ou de vente, l’opération est fondée sur le prix du marché actuel dans le cas du FNB et sur la valeur liquidative en fin de journée dans celui du fonds commun de placement. L’avantage du FNB : il montre clairement, chaque jour, la valeur des titres sous-jacents, tout en permettant de participer lorsque les marchés sont ouverts plutôt que d’attendre à la fin de la journée, comme c’est le cas dans la structure traditionnelle du fonds commun de placement.

Comme je l’ai mentionné plus haut au sujet du mythe sur la liquidité, tant que les actions ou les obligations sous-jacentes sont liquides, le FNB n’éprouvera pas de problèmes de négociation, même dans un contexte de faibles volumes. J’ai vu des opérations sur d’importants FNB ayant un volume peu élevé ou inexistant qui n’ont eu aucunement influencé le marché. Toutefois, lorsque les titres sous-jacents sont moins liquides, les écarts se creuseront tout naturellement.

Par conséquent, les fonds communs de placement et les FNB ne sont pas si différents que certains conseillers le pensent. Ils peuvent tous deux convenir au portefeuille de vos clients. Tout dépend de la façon dont vous gérez votre pratique. Si vous êtes un conseiller qui cherche à intégrer les FNB dans sa pratique, mais qui souhaite obtenir des conseils, veuillez vous adresser à votre représentant de Franklin Templeton, qui saura vous aider à répondre à vos questions sur l’incorporation des FNB dans vos portefeuilles.