Croissance, taux et inflation

Dans cette édition de Macro Perspectives, nous explorons les points de vue macroéconomiques de nos équipes d'investissement spécialisées. Il s'avère que tout le monde n'est pas d'accord sur la voie à suivre.

Stephen Dover

Stephen DoverChief Market Strategist, Franklin Templeton Investment Institute

John Bellows, Ph.D.

John Bellows, Ph.D. Portfolio Manager, Western Asset

Sonal Desai, Ph.D.

Sonal Desai, Ph.D. Chief Investment Officer, Franklin Templeton Fixed Income

Michael Hasenstab, Ph.D.

Michael Hasenstab, Ph.D. Chief Investment Officer, Templeton Global Macro

Gene Podkaminer, CFA

Gene Podkaminer, CFAHead of Research, Franklin Templeton Investment Solutions

Francis Scotland

Francis Scotland Director of Global Macro Research, Brandywine Global

INTRODUCTION

Nos professionnels de l’investissement ne s’accordent pas toujours sur l’évolution de la croissance économique, de l’inflation ou d’autres facteurs macroéconomiques. Cette année ne fait pas exception à la règle. Cependant, une chose semble assez certaine, c’est que les restrictions vont s’assouplir au fur et à mesure du déploiement des programmes mondiaux de vaccination contre la COVID-19, et la forte croissance économique observée jusqu’ici devrait se poursuivre. Avec la croissance est venue l’inflation, et la question qui se pose : est-elle temporaire, ou sera-t-elle plus permanente ?

Alors que le moteur économique mondial a redémarré, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur ce qui nous attend en termes de croissance économique, de taux d’intérêt, d’inflation et de dollar américain. Dans ce numéro de Macro Perspectives, j’ai posé ces questions et d’autres à cinq de nos professionnels de l’investissement : John Bellows, Ph.D., Gérant de portefeuille Western Asset ; Sonal Desai, Ph.D., Chief Investment Officer de Franklin Templeton Fixed Income ; Michael Hasenstab, Ph.D., CIO Templeton Global Macro ; Gene Podkaminer, Responsable de la recherche de Franklin Templeton Investment Solutions ; et Francis Scotland, Director of Global Macro Research de Brandywine Global.

Points de vue clés

  • Tous nos professionnels de l’investissement s’accordent sur le fait que la croissance mondiale devrait s’accélérer jusqu’à la fin de l’année 2021, mais ils ne sont pas d’accord sur le rythme de l’expansion au cours des années suivantes, les estimations de croissance variant considérablement d’une région à l’autre. Par exemple, l’économie chinoise s’est remise du choc de la COVID-19 plus rapidement que l’Occident, et certains marchés émergents devraient également connaître une forte croissance économique, tandis que l’Europe pourrait mettre plus de temps à se remettre. Une croissance supérieure peut entraîner une inflation plus élevée.
  • Tous les experts prévoient une hausse de l’inflation aux États-Unis cette année. Cependant, nos gestionnaires ne sont pas d’accord sur la persistance de cette tendance au cours des cinq prochaines années.
  • Si les taux d’intérêt américains devraient finir par augmenter, la situation est moins claire au niveau mondial. La politique monétaire européenne, par exemple, devrait rester accommodante. Même aux États-Unis, le tableau est confus après une expansion monétaire et budgétaire extraordinaire.
  • Nos gestionnaires étudient le rôle des titres obligataires au sein d’un portefeuille et confirment que, même en période de hausse potentielle des taux, les obligations peuvent offrir une diversification par rapport à d’autres actifs tels que les actions, une réduction du risque, une appréciation du capital et un revenu.

Les exemples d’opportunités parmi les obligations, en particulier à l’issue d’une recherche approfondie, sont pléthores. Les produits de spread comme les obligations d’entreprises à haut rendement et la dette des marchés émergents pourraient bénéficier de la croissance économique et offrir des opportunités d’investissement à court terme au sein des portefeuilles obligataires.


Stephen Dover, CFA
Chief Market Strategist,
Franklin Templeton Investment Institute


Téléchargez le document PDF pour lire l’article complet.


QUELS SONT LES RISQUES ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse et les investisseurs ne sont pas assurés de récupérer la totalité de leur mise initiale. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d’intérêt. Autrement dit, à mesure que le cours des obligations s’ajuste à une hausse des taux d’intérêt, le prix de la part est susceptible de baisser. Des rendements élevés reflètent un risque de crédit supplémentaire pris pour investir dans des titres dont la note est inférieure et pour compenser dans certains cas leur plus faible valorisation. Le prix et le rendement de l’action risquent d’être pénalisés par des variations de taux d’intérêt. S’ils sont détenus jusqu’à l’échéance, les bons du Trésor offrent un taux et une valeur nominale fixes ; le paiement de leurs intérêts et de leur capital est garanti. Les obligations municipales étant sensibles aux variations des taux d’intérêt, le rendement et la valeur d’un portefeuille investi dans ces titres fluctuent en fonction des conditions de marché. L’évolution de la note de crédit d’une obligation, ou de la note de solvabilité ou de la solidité financière de l’émetteur d’une obligation, de l’assureur ou de son garant, peut affecter la valeur de l’obligation.

Les prix des actions fluctuent, parfois rapidement et de façon spectaculaire, en raison de facteurs affectant des entreprises individuelles, des industries ou des secteurs particuliers, ou du fait des conditions générales du marché. Ces risques sont accrus pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s’ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l’absence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés boursiers. De tels investissements peuvent connaître une volatilité importante des prix pendant une année donnée. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques liés notamment aux fluctuations des taux de change, à l’instabilité économique et à l’évolution de la situation politique. La Chine peut être soumise à une instabilité économique, politiques et sociale très forte. Investir dans des titres d’émetteurs chinois implique des risques spécifiques à la Chine, y compris certains risques juridiques, réglementaires, politiques et économiques.

Les stratégies de gestion active pourraient subir des pertes si le jugement porté par le gérant de portefeuille sur les marchés, les taux d’intérêt ou l’attrait, les valeurs relatives, la liquidité ou le potentiel d’appréciation d’investissements particuliers réalisés pour le portefeuille s’avère erroné. Il ne peut y avoir aucune garantie que les techniques ou décisions d’investissement du gérant de portefeuille produiront les résultats escomptés.

Rien ne garantit que les prévisions, projections ou estimations se réalisent. Les performances passées ne sont pas un indicateur ou une garantie des résultats futurs.