Vagues en eaux profondes

Rejoignez la discussion avec nos stratégistes et explorez les interactions entre les moteurs à long terme qui attendent nos investisseurs au cours de la décennie à suivre.

Stephen Dover, CFA

Stephen Dover, CFA Chief Market Strategist, Head of Franklin Templeton Investment Institute

Kim Catechis

Kim Catechis Investment Strategist,Franklin Templeton Investment Institute

APERÇU

Une introduction aux « Vagues en eaux profondes » : Les moteurs auxquels font face les investisseurs à long terme.

Les vagues en eaux profonde symbolisent les forces à long terme puissantes auxquelles les investisseurs se trouvent confrontés et qui modifient fondamentalement les fondements économiques, politiques et publics sur lesquels reposent les prix des actifs. Ces forces, accélérées par la pandémie et intensifiées par les pressions socioéconomiques, le changement climatique et la réalité géopolitique, s'exerceront à tous les niveaux des portefeuilles d'investissement au cours des années à suivre.  The Franklin Templeton Investment Institute sert de catalyseur à l’intérieur comme à l’extérieur de notre organisation d’investissement, afin d’offrir un forum de présentation des analyses d’investissement et de leur application pratique. Cet article, Vagues en eaux profondes, est le reflet de la mission de nos stratégistes : animer les conversations avec nos clients et nos équipes de spécialistes de l'investissement. Nous souhaitons que les conversations que nous aurons dans les prochains mois naviguent sur ces vagues et continuent d'accroître notre appréhension de la réalité.

  • LA VAGUE DÉMOGRAPHIQUE - La croissance mondiale est vouée à ralentir pour s'établir en deçà de sa tendance à long terme sur la génération à suivre. Les pays qui ont piloté la croissance économique mondiale au cours des deux décennies écoulées vieillissent. Les frontières nationales continueront de se durcir alors que le sentiment de rejet de l'immigration persiste ou grandit dans de nombreux pays, ce qui a de lourdes répercussions pour les pays moins favorisés qui dépendent des envois de fonds.
  • LA VAGUE TECHNOLOGIQUE - La prochaine décennie sera le théâtre d'une explosion urgente et massive des investissements dans l'innovation dans tous les secteurs économiques. Elle concernera autant le secteur privé que public et ne sera pas seulement impulsée par la valeur économique mais largement aussi par des impératifs géopolitiques.
  • La VAGUE DE L'ENDETTEMENT - La tension entre inflation et déflation persistera mais le calcul a changé. A long terme, le contrôle de l'inflation freine la croissance économique mais la résolution du problème variera d'une région ou d'un pays à l'autre. Le COVID-19 a exacerbé les inégalités socioéconomiques dans bon nombre de pays. La mise en place d'une imposition progressive et redistributive sera la priorité dans le monde entier, des expérimentations économiques peu orthodoxes seront tentées et la suprématie de l'État, le fameux Big Government, est de retour.
  • LA VAGUE GEOPOLITIQUE - La géopolitique influera de plus en plus sur les résultats d'investissement dans la prochaine décennie dans le sillage de la confrontation entre les États-Unis et la Chine, le scénario le plus probable étant celui d'une guerre cybernétique asymétrique. La polarisation économique entre les nations et les régions s'accentuera sans doute. Après la pandémie, les pays riches pourraient se sentir obligés de renouveler leurs engagements à l'égard des organisations multilatérales comme la Banque mondiale et l'International Finance Corporation qui sont des mécanismes pour aider les pays défavorisés. Mais l'écart de développement se creuse et les pressions sur les migrations demeurent.
  • LA VAGUE DU CHANGEMENT CLIMATIQUE - Le changement climatique exacerbera de plus en plus les tensions d'une frontière à l'autre, menace la production agricole et accentue les dissensions sociales dans bon nombre de pays. Le processus renforce aussi la scission qui existe au sein même des pays entre zones rurales et urbaines, régions minières et solaires, etc.

Nous vous encourageons à vous joindre à ces conversations et à parcourir les documents joints. Que vous preniez connaissance de la synthèse ou de l'article entier, nous serons heureux d'accueillir vos commentaires et retours à mesure que nous continuons à développer les implications et conclusions à en tirer pour l'investissement. N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse InvestmentInstitute@franklintempleton.com.

Téléchargez le document PDF pour lire l’article complet.

QUELS SONT LES RISQUES ?

Tout investissement comporte des risques, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut fluctuer à la baisse comme à la hausse, et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas la totalité de leur mise initiale. Le positionnement d'un portefeuille spécifique peut être différent de l'information fournie ici, en raison de plusieurs facteurs y compris les allocations du portefeuille de base, et des objectifs d'investissement spécifiques, indications, stratégies et restrictions du portefeuille. Rien ne garantit que les prévisions, les projections ou les estimations se révéleront exactes. Les prix des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brusque, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou du marché dans son ensemble. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé aux taux d'intérêt. Ainsi, lorsque les taux d'intérêt augmentent, la valeur d'un portefeuille obligataire peut reculer. Les investissements à l'étranger comportent des risques spécifiques, comme les variations des taux de change, l'instabilité économique et l'évolution de la situation politique. Investir sur les marchés émergents, y compris dans la sous-catégorie des marchés frontières, implique des risques accrus concernant ces mêmes facteurs, lesquels s'ajoutent aux risques liés à leur plus petite taille, à leur liquidité inférieure et à l'absence de cadre juridique, politique, commercial et social établi pour soutenir les marchés de valeurs mobilières. Les risques liés à l’investissement dans les marchés frontières sont encore supérieurs à ceux associés aux marchés émergents en raison du développement moins avancé des structures précitées, ainsi que du potentiel de forte volatilité des prix, de la liquidité insuffisante, des barrières commerciales et des contrôles sur les taux de change. L'utilisation de dérivés, notamment dans les stratégies de gestion de l'exposition aux devises, implique certains coûts et peut donner lieu à un effet de levier générant potentiellement une volatilité importante au sein d'un portefeuille d'investissement. Celui-ci risque de supporter des pertes (ou de bénéficier de gains) dans des proportions supérieures à celles de l'investissement initial. Il est possible qu'une stratégie ne génère pas les gains anticipés et subisse des pertes si une contrepartie manque à ses obligations. Les taux de change peuvent varier considérablement sur de courtes périodes, ce qui peut amoindrir les performances. L'investissement dans les ressources naturelles comporte des risques spécifiques, comme la sensibilité accrue à la dégradation des conditions économiques et aux changements règlementaires qui affectent le secteur. Le cours de ces titres peut être volatil, particulièrement sur une courte période. Les gérants dans l’investissement à impact et/ou l’investissement axé sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) peuvent tenir compte de facteurs allant au-delà des informations financières traditionnelles pour sélectionner les titres, de sorte que la performance relative de leurs investissement peut s’écarter de celle d’autres stratégies ou des indices de référence larges des marchés selon que les secteurs ou investissements concernés ont la faveur ou la défaveur du marché. Les stratégies ESG peuvent en outre appliquer certains critères basés sur des valeurs afin d’éliminer des expositions que l’on trouve dans des stratégies similaires ou des indices de référence larges des marchés, ce qui peut également entraîner une différence de performance relative.