Perspectives semestrielles : Risque, reprise et réalités nouvelles des marchés

Global Investment Outlook de nos CIO offre une perspective sur le paysage de l'investissement et les élections américaines.

Sonal Desai, Ph.D.

Sonal Desai, Ph.D. Chief Investment Officer Franklin Templeton Fixed Income

Stephen H. Dover, CFA

Stephen H. Dover, CFA Head of Equities

Michael Hasenstab, Ph.D.

Michael Hasenstab, Ph.D. Chief Investment Officer, Templeton Global Macro

Author name

Edward D. Perks, CFA Chief Investment Officer, Franklin Templeton Multi-Asset Solutions

Manraj Sekhon, CFA

Manraj Sekhon, CFA Chief Investment Officer, Franklin Templeton Emerging Markets Equity

APERÇU

La pandémie COVID-19 a porté un coup sévère à l'économie mondiale, plus important et plus prolongé que ce que beaucoup avaient anticipé au départ. Si nos professionnels de l'investissement demeurent optimistes quant à la concrétisation d'une reprise au second semestre de cette année, ils sont moins convaincus par un scénario de rebond marqué, en forme de « V ». Nos responsables des investissements partagent leurs points de vue sur l'environnement d'investissement actuel, y compris les futures élections américaines, et présentent les risques et opportunités potentiels qu'ils ont identifiés.

Points clés

      • De nombreuses économies ont probablement dépassé le creux de la crise. En dépit d'un niveau d'incertitude accru, nous pensons que les attentes reflètent désormais largement la gravité réelle du préjudice économique subi. Cela étant, le rythme et la nature de la reprise demeurent plus incertains que lors des épisodes passés.

      • Nous anticipons de multiples périodes de hausse et de correction des marchés financiers avant qu'une reprise durable ne finisse par s'installer d'ici quelques mois. D'ici là, nous ciblons certains types de valeurs dans le contexte de l'accord de phase 1, parmi lesquelles des valeurs refuges provenant des marchés, tant émergents que développés, triées sur le volet.

      • Nous pourrions assister à la reprise la plus fulgurante, et potentiellement la récession la plus courte, de l'histoire des États-Unis. Nos perspectives supposent des réactions raisonnables, car nous envisageons des conclusions fondées sur des données, par opposition à de simples réactions instinctives. En résumé, il nous semble qu'il est temps d'agir comme des investisseurs actifs. À l'heure actuelle, aucun des actifs ne peut être selon nous associé à une recommandation d'achat unilatérale.

      • L'ampleur des mesures de relance prises pour faire face à cette crise est sans précédent. Dans le monde entier, les réponses budgétaires, monétaires et politiques à la crise ont noyé le monde sous les injections de liquidités. Les marchés boursiers ont drainé une grande partie de ces liquidités, ce qui explique dans une large mesure la hausse qu'ils ont enregistrée.

      • Les élections qui se profilent aux États-Unis ajoutent encore à la complexité de la nécessaire prise de décisions concernant la perfusion d'aide publique dont bénéficient consommateurs particuliers et entreprises. Le climat politique très tendu qui règne aux États-Unis peut compliquer la mise en oeuvre des mesures politiques à long terme dès lors que ces dernières confèrent un avantage à l'un ou à l'autre parti politique. Pour les investisseurs, le risque de voir les inégalités et le populisme se traduire par une augmentation des taux d'imposition et un durcissement de la surveillance réglementaire, en particulier dans des secteurs clés tels que la technologie, est par ailleurs plus important.

      • Le débat sur les critères ESG évolue encore dans le contexte de la pandémie, avec un accent plus marqué sur l'impact social des politiques. De nombreux gouvernements soutiennent l'emploi, tandis que les entreprises sont plus conscientes des risques que représentent les licenciements pour leur réputation. L'ESG est devenu plus important, les entreprises le considérant comme essentiel pour une performance commerciale durable. Ce « delta » de l'amélioration des critères ESG dans les marchés émergents est une nouvelle source d'impulsion favorable aux perspectives à long terme de cette classe d'actifs au moment de la sortie de crise mondiale.


Téléchargez le document PDF pour lire l’article complet.


QUELS SONT LES RISQUES ?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. Les prix des obligations évoluent généralement dans le sens opposé des taux d'intérêt. Autrement dit, à mesure que le cours des obligations s’ajuste à une hausse des taux d’intérêt, le prix de la part est susceptible de baisser. Les investissements dans des titres étrangers comportent des risques spécifiques liés notamment aux fluctuations des taux de change, à l'instabilité écono¬mique et à l'évolution de la situation politique. Ces risques sont accrus pour les investissements sur les marchés émergents, auxquels s'ajoutent les risques liés à la plus petite taille de ces marchés, à leur liquidité inférieure et à l'ab¬sence de cadre juridique, politique, commercial et social propice aux marchés boursiers. De tels investissements peuvent connaître une volatilité importante des prix pendant une année donnée. Des rendements élevés reflètent un risque de crédit supplémentaire pris pour investir dans des titres dont la note est inférieure et pour compenser dans certains cas leur plus faible valorisation. Le prix et le rendement de l'action risquent d'être pénalisés par des variations de taux d'in¬térêt. S'ils sont détenus jusqu'à l'échéance, les bons du Trésor offrent un taux et une valeur nominale fixes ; le paiement de leurs intérêts et de leur capital est garanti. Les prix des actions peuvent fluctuer, parfois de manière rapide et brusque, en raison de facteurs propres à des sociétés, industries ou secteurs spécifiques ou du marché dans son ensemble. La diversification n'est pas une garantie de gain ou de protection contre le risque de pertes.

Les entreprises et/ou études de cas présentées ici sont utilisées uniquement à des fins d’illustration ; tout investisse¬ment peut ou non être détenu par tout portefeuille conseillé par Franklin Templeton. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.